Développement culturel et valorisation du patrimoine

Le Parc a pour mission la protection, la mise en valeur, la sensibilisation au patrimoine naturel et bâti du sud-Aveyron, et au-delà à l’archéologie et au patrimoine immatériel.

Il favorise les activités de découverte, participe à la réalisation de passerelles entre culture et paysage, à la mise en place d’outils d’interprétation, à la réalisation d’aménagements…

Partagez  

"L'enfant joli" version Kamishibaï


Les Grands Causses publient une adaptation du conte de Jean Boudou par Clémentine Magiera, sous forme de kamishibaï, à l’attention du jeune public et des écoles.


Le kamishibaï ? Dans la tradition japonaise, c’est ce qui conte ! Il s’agit d’un petit théâtre de papier, façon castelet, où s’insèrent des planches illustrées au recto et légendées, pour le narrateur, au verso.
Le kamishibaï « L’enfant joli » créé par la conteuse Clémentine Magiera, assistée de Muriel Flouriot, se compose de quinze planches empreintes de féérie, avec le Causse Noir pour décor.
80 exemplaires sont en cours de distribution auprès des bibliothèques et médiathèques du territoire, ainsi que dans les écoles du Millavois, de la vallée du Tarn et du Causse Noir. Les équipes pédagogiques qui le souhaitent peuvent emprunter un castelet en bois - un butaï - au siège du Parc.

 

Des bruits et des sons dans le Rougier

 

A découvrir : le documentaire sonore, à l’écoute des paysages des Rougiers, "Echoes"


Amélie Agut, artiste chercheuse de sonorités et bruit-colleuse, a sillonné les chemins des Rougiers à la collecte de sons, de témoignages d’habitants, de fragments de voix, de bruitages pour composer un documentaire sonore de 45 minutes qui vient évoquer les paysages physiques par l’oreille. Ce documentaire est une sorte de road-movie poétique, un audio-guide atypique, une expérience sensorielle.

A l'écoute des paysages des Rougiers by Echoes

 

Carnet de voyage sur le Larzac

 

"Dessus dessous" l'un des Causses les plus emblématiques, Le Larzac.

 

Stéphanie Laffite et Sophie Bataille nous proposent de les suivre sur ce camin étroit entre pierres et plantes, brebis et hommes, entre quotidien et imaginaire du dessus au dessous de ce pays rugueux. Le camin passe par des étapes, lieux emblématiques ou plus secrets, par des
rencontres, et par les rêves qu'il leur a offerts.

Matière(s) à créer sur le lévézou !

 

C’est à Solène Junique, plasticienne de la compagnie Quart de Tour basée à Sévérac d’Aveyron, que le Parc naturel régional a confié la création de cette exposition.

 

Après être allée à la rencontre des sites et de la population du Lévézou, l’artiste a identifié trois sous-entités paysagères : vallée du Viaur, affluents et versants ; cœur du Lévézou autour du lac de Pareloup ; plateaux intermédiaires bocagers du sud-ouest. Au cours de ses pérégrinations, elle a collecté des matériaux de toutes sortes (minéraux, végétaux, objets…) qu’elle a utilisés pour créer des totems. Trois personnages aux motifs et à la conception pleins d’originalité, étonnants ambassadeurs des paysages du Lévézou.

L’exposition conjugue ces totems avec de très belles photos et un recueil de paroles, le tout intégré dans une installation en forme de paravent : « souvenir », explique l’artiste, « des nombreuses haies rencontrées ».